Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...

lundi 28 juillet 2014

Je ne suis ni juif, ni palestinien...

Les moments de détente, voir de bonheur que nous a offert la coupe du monde de foot sont bien dernière nous. Place aux affaires courantes et ce n'est pas réjouissant. Deux avions qui s'écrasent, ça instaure une peur du transport aérien, mais c'est bien peu de chose par rapport à ce qui se passe au Moyen-Orient…
Comme tout le monde, j'écoute, je lis, je vois.
Mais comme tout le monde ou presque je ne connais pas vraiment le fond de l'affaire, je n'ai pas la capacité à juger qui sont les bons et les méchants.
Si vous êtes un adepte des réseaux sociaux, vous savez que ce conflit occupe quasiment tout l'espace. Le problème est qu'il est difficile d'y voire clair, car les articles ou commentaires objectifs sont très rares et bien difficile à déceler. La toile est devenu l'exutoire de toutes les dérives. Les extrémistes ont squatté les réseaux : les juifs et leurs partisans se déchainent en insultant les partisans des palestiniens qui leur répondent de la même manière.
Moi, je ne suis ni juif, ni palestinien.
Juste un homme qui regarde horrifié d'autres hommes qui se massacrent.
Alors, je me pose la question : d'où vient Israël ?
A la suite de la défaite de l’Empire ottoman lors de la Première Guerre mondiale, en 1917, les Britanniques prennent le contrôle de la Palestine*.
En 1947, l'ONU fait voter un plan de partage qui met fin au mandat britannique et le territoire est scindé entre deux états, la Palestine et Israël. Ce dernier impose Jérusalem comme capitale, choix qui n'est pas reconnu par la majorité de la communauté internationale.
Israël a conquis plusieurs territoires sur ses voisins. Lors de la guerre de 1948, elle étend ses frontières au-delà des limites du plan de partage. La suite n'est que conflits. L'annexion des territoires conquis n'est pas reconnue, la communauté internationale en reste aux seules frontières qui suivent les lignes de cessez-le-feu de la guerre de 1948.
Inutile de dire que tout cela forme un imbroglio politico-historico-juridique des plus complexe et controversé.
N'ayant pas les compétences pour dénouer cet écheveau, je me contenterai des faits.
D'un côté, un pays riche avec une armée surpuissante et surentraînée.
De l'autre une population misérable prise en otage par des terroristes.
Israël ne peut combattre son adversaire avec des moyens classiques c'est à dire face à face, front contre front. Le Hamas se cache au milieu de la population civile qui n'en peut mais. Car il faut bien comprendre que l'immense majorité des palestiniens souhaite vivre en paix, élever ses enfants, travailler, bref vivre normalement.
Le Hamas, au nom d'une idéologie religieuse basée sur la haine du juif en a décidé autrement en s'infiltrant au sein de la population, planqué dans les bâtiments civils, il balance des roquettes sur le territoire israélien en  menant un combat de lâches, comme tous les combats terroristes. Un combat sans issue dont le seul but semble d'exacerber la population afin de rendre toute négociation impossible.
Devant ces agressions, Israël a le droit de se défendre.
Pour autant, comment accepter ces frappes prétendument ciblées et qui en réalité touchent les civils, déciment des familles, détruisent les maisons, les écoles, les hôpitaux.
Depuis le 8 juillet, 844 palestiniens ont été tués, 3000 blessés contre 35 soldats israéliens. Mais ces derniers sont des professionnels alors que la majorité des morts palestiniens sont des civils, parfois des enfants frappés au sein même de leur école.
Il faut arrêter les massacres.
Car massacres il y a.
Comment un peuple qui a subi la volonté destructrice des nazis peut accepter de perpétrer tous les jours des petits Oradour. Car n'ayons pas peur des mots, il s'agit bien de cela et aucun des martyrs de cette ville du Limousin ne se sentirait offensé par cette comparaison.
Il faut arrêter les massacres.
Mais comment ?
Les américains ?
Ils sont en 1ère ligne pour les négociations, mais il n'en sortira rien. D'abord parce que si les américains étaient capables de ramener la paix quelque part, ça se saurait depuis longtemps. Au contraire, leurs interventions ne font souvent qu'aggraver les choses. Ensuite parce qu'il y a manifestement conflit d'intérêt. Les puissants lobbies juifs qui sévissent aux States ne laisseront jamais s'instaurer ne serait-ce qu'un début de compromis. Bien planqués dans leurs tours de verre de Wall Street, ils tirent les ficelles de l'équipe du boucher Netanyahu.
L'Europe ?
Mais l'Europe n'existe pas. Les ministres des Affaires Etrangères se réunissent régulièrement et après des débats ponctués par des déjeuners probablement plantureux et arrosés, ils nous pondent des communiqués creux comme des cannes à pêche.
L'Egypte ?
Il parait que la diplomatie Egyptienne s'active en coulisse. Mais que peut-on attendre d'un pays où une partie de la presse soutien Israël alors que les Frères Musulmans sont derrière le Hamas qui est en quelque sorte leur filiale.
La France ?
 Toute seule comme une grande ? La position officielle de notre pays est la suivante : "La position traditionnelle de la France est: il n'y aura pas de paix tant que la sécurité d'Israël ne sera pas garantie et tant que les droits des Palestiniens ne seront pas reconnus". Autrement dit, on enfonce des portes ouvertes et rendez-vous la semaine des 4 jeudis…
L'ONU ?
Rappel de ce qu'est l'ONU :
"L'Organisation des Nations unies est une organisation internationale regroupant, à quelques exceptions près, tous les États de la planète.et qui  a pour finalité la paix internationale. Ses objectifs sont de faciliter la coopération dans le droit international, la sécurité internationale, le développement économique, le progrès social, les droits de l’homme et la réalisation à terme de la paix mondiale. L’ONU est fondée en 1945 après la Seconde Guerre mondiale pour remplacer la Société des Nations, afin d’arrêter les guerres entre pays et de fournir une plate-forme de dialogue".
Défense de rire, il faudrait plutôt pleurer. Car ce "machin" comme l'appelait De Gaulle en 1960, est totalement incapable de remplir sa mission et les milliards de $ dépensés pour son fonctionnement  s'évaporent de conférence en conférence, de résolutions en résolutions dont aucune respectée par Israël.…
Pourtant, la solution est peut-être là.
Une intervention internationale composée de pays non impliqués dans le conflit qui viendrait s'interposer entre les belligérants, qui empêcherait l'état Hébreu de massacrer et qui passerait la bande de Gaza au peigne fin pour y éradiquer les terroristes du Hamas.
Ma conclusion : fermez moi ces synagogues, fermez moi ces mosquées, et à leurs places construisez-moi des écoles, des hôpitaux. Et laissez les hommes se parler entre eux directement, sans passer par des Dieux qui n'existent qu'au plus grand profit de quelques esprits malades et manipulateurs.




*A peu près partout où ils ont été présents dans le monde, les Britanniques ont guerroyé contre les peuples : Amérique, Inde, Moyen-Orient, Afrique du Sud, Egypte, Kenya, Irlande…à l'exception de l'Australie où ils envoyèrent leurs bagnards.