Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques.......Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques....Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques.......Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques....Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques.......Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques....Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques.......Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques....

samedi 19 avril 2014

On attendait Roosevelt. C'est Daladier...

Les municipales sont passées. 
Passée la fièvre des commentaires du lendemain, on peut calmement analyser la situation.
On craignait une Bérézina, ce fut carrément Waterloo morne plaine...Oubliant le caractère local de ces élections, ce qui a fait que de bons maires ont été battus malgré leur bonne gestion, nous avons vécu un référendum grandeur nature sur la politique du gouvernement. Après 693 jours de pouvoir, il est temps de se poser quelques questions.....

Après dix années de gouvernance de droite, dont cinq d'un Sarkozysme insupportable, nombreux étaient ceux qui souhaitaient un changement radical. François Hollande a mené une superbe campagne qui l'a conduit à la présidence, faisant naitre l'espoir d'une autre politique. Hélas...
On attendait Roosevelt*. C'est Daladier*...
Je fais partie de ceux qui ont voté pour FH et qui l'ont soutenu mordicus, contre vents et marées, parfois contre toute logique. Je le revendique haut et fort, mais trop c'est trop.
693 jours de pouvoir pour quel résultat ? 
Hollande avait un rendez-vous avec l'Histoire. I
Non, il n'est pas arrivé en retard, il n'est pas venu. 
Le train de l'histoire est passé, il est volontairement resté sur le quai.
Il a préféré continuer à copiner avec les notables socialistes, bien repus de pouvoir et n'ayant aucune intention d'en lâcher ne serait-ce que quelques miettes.
L'exemple le plus emblématique est celui du maintien à la tête du PS, d'une nullité crasseuse, Harlem Désir, qu'on recase dans le nouveau gouvernement pour s'occuper de l'Europe. Lui, le champion de l'absentéisme à Bruxelles.
C'est consternant.
On pouvait espérer penser que pour tenter de recoller les morceaux, Hollande nommerai un 1er ministre vraiment de gauche qui aurait ressoudé la majorité. Las, il nomme Valls, le clone de Sarkozy.
Si tout le monde était dans l'expectative en attendant la mise en route de ce nouveau gouvernement, les mesures annoncées ce soir ont semé la consternation dans les rang de la gauche.
Ainsi, reniant sans vergogne toutes ses belles promesses, Hollande maintient la politique du gouvernement dans la même ligne que celle de Sarkozy.
Oubliées les envolées lyriques du Bourget, le combat annoncé contre la finance.
Le combat ? Il n'a même pas eu lieu.
Les grands patrons et les actionnaires continuent de se gaver de plus belle. Pire, on va leur faire cadeau de plusieurs milliards de remise de charge, pris directement dans la poche des français.
Au moment ou j'allais publier, voici qu'éclate une nouvelle affaire. Le conseiller d'Hollande, le dénommé Aquilino Morelle vient ajouter son nom à la longue liste des hommes politiques corrompus. Des goinfres jamais rassasiés, des morfales qui ont perdus tout sens commun pour évoluer dans un monde parallèle avec costume Dunhill, lunettes Dior, pompes Weston sur mesures (30 paires), astiquées dans son bureau à l'Elysée par un cireur professionnel et un de ses chauffeurs pour "véhiculer son fils pour des activités personnelles dans le 15e arrondissement". Et le copinage entre gens de bonne compagnie : sa femme, Laurence Engel, est directrice de cabinet auprès d'Aurélie Filippetti au ministère de la Culture et est pressentie pour prendre la tête du Musée Picasso. 
Pire encore, on apprend qu'au temps ou il était haut fonctionnaire à l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS), il aurait copiné (contre espèces sonnantes et trébuchantes) avec les laboratoires pharmaceutiques qu'il était censé contrôler.
Et c'est ce petit marquis de la république, boursouflé de suffisance, qui conseille Hollande sur la politique d'austérité à mener. Pas d'augmentation du salaire des fonctionnaires, gel du montant des retraites, (ICI), augmentation des fiscalités, il s'en donne à coeur joie. 
Et pendant ce temps, les 500 premières fortunes de France ont vu leur richesse globale augmenter de près de 25% en un an, le CAC 40 est en pleine forme ! (ICI) le tout sous les applaudissements de Bruxelles.
STOP !
Je dis stop.
Si les municipales furent une Bérésina, les élections européennes (le 25 mai) seront un Waterloo qui pourrait voir le FN devancer l'UMP et le PS.
Hollande se retrouvera totalement discrédité et grande sera alors pour lui la tentation de prononcer la dissolution de l'Assemblée Nationale. Des élections s'en suivront qui verront le retour de la droite au pouvoir. Et Copé 1er ministre !
Et alors ?
Quitte à subir une politique de droite, autant qu'elle soit menée par les titulaires et non par des usurpateurs avec un faux nez de gauche.
Je suis en colère.
J'arrête là, parce que je pourrai en écrire encore des pages et des pages.
Pour me calmer, je vais écrire un billet sur le film que je viens d'aller voir. Noé. Pas sûr que ça me détende vraiment.
En attendant, portez vous bien...
Dernière minute pour vous remonter le moral : Le palmarès 2014 des salaires des patrons...