Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...

dimanche 6 mai 2012

On attendait depuis si longtemps...


Qu'est-ce-que ça nous a semblé long !
On attendait depuis si longtemps.
Précisément depuis le 6 mai 2007...1801 jours soit 43224 heures ou 2 593440 minutes  (je vous fais grâce des secondes) que nous supportons l'insupportable Monarque.
Et aujourd’hui, c'est terminé.
Couché par la vague qu'il avait pourtant bien vu venir, nous sommes débarrassé du Démiurge Elyséen.
Pendant son discours d'adieux, les larmes me sont montées aux yeux. 
Il faut dire que j'étais en train d'éplucher un oignon pour la salade de tomates.



Comme d'habitude, il a été très sincère. Comme d'habitude, cette sincérité s'évaporera très vite. "Je souhaite de tout coeur que la France réussisse à traverser ces épreuves" a t-il déclaré, d'une voix très convaincantetraduisez : "j'espère que ce connard va se casser la gueule".
Sarkozy et son clan paient cash leur arrogance. Ils ont très gravement sous-estimé l'homme Hollande, ils l'ont pris pour quantité négligeable et lorsqu'ils se sont aperçus de leur erreur, il était trop tard, "Mollande" le Corrézien était lancé comme un frelon...
Je zappe de chaines en chaines, écoutant les réactions de chacun. Horreur ! j'aperçois Jack "Dinausaurus" Lang. Putain, il est comme le sparadrap sur le doigt du Capitaine Haddock : impossible de s'en débarrasser...
Ma première réaction est qu'une fois de plus, FH a fait preuve d'une grande sérénité. Le bonheur de la victoire se lisait sur son visage mais on sentait qu'il a bien conscience du poids qui vient de lui tomber sur les épaules.
Je trouve que les TV en font des tonnes : expliquez moi l'intérêt de suivre la voiture de FH entre Tulle et l'aéroport de Brive...
On est tenté de clore le quinquennat de Sarkozy comme il l'avait lui-même commencé par un retentissant " casses-toi, sale con "!
Gardons nous de tout excès. Direction dodo.
Demain, l'euphorie de la victoire retombée, nous pourrons analyser sainement la situation.
Bonne et belle nuit à tous.