Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...

mercredi 2 mai 2012

N'ayez pas peur...

Ce soir aura lieu le grand débat, celui que tout le monde attend, celui qui peut changer la donne.
Pour moi, ce débat est du pipeau.
A moins qu'un des candidats ne pète carrément les plombs et se jette à la gorge de son adversaire, il ne se passera rien de déterminant. Chacun sera dans son registre, avec comme seule ambition de ne pas sortir la bourde qui le mettrait en difficulté.
Les caciques de droite attentent ce moment avec gourmandise. Ils annoncent déjà que leur favori va exploser le pâle Hollande, l'éparpiller aux 4 coins du studio et montrer que celui qui à l'envergure d'un président, c'est lui, et personne d'autre.
Je vous le dis : ils prennent leurs rêves pour des réalités.

Ils vont tomber de haut. Hollande n'est pas le veau qui va à l'abattoir la gorge offerte.
Je suis certain que ce soir, il démontrera qu'il est un redoutable débatteur et surtout quelqu'un qui maîtrise ses nerfs.
Ne croyez pas l'intox qui consiste à faire croire qu'un nombre important d'électeurs se déterminera en fonction de ce débat. En réalité, les jeux sont faits et dimanche soir, le Président-candidat deviendra le candidat battu.
Reste à connaitre l'ampleur de la défaite.
Les instituts de sondage annoncent une remontée de Sarkozy. Info ou intox ? 
Le clivage habituel entre la droite et la gauche va de 48-49% à 51-52.
Il est probable que nous serons dans cette fourchette. Tout autre résultat, disons entre 54 et 56% donnerait à la gauche une victoire prometteuse, mais il ne faut pas rêver.
Car il y a encore beaucoup de Français qui ont confiance en Sarkozy, et je m'interroge.
Que les patrons du CAC 40, les gros revenus, les professions libérales, les requins de la finance, les adeptes du "tout pour moi" et rien pour les autres, ceux qui considèrent que derrière tout français se cache un adepte des ponts à rallonges et des RTT, que "tout ça c'est la faute des immigrés arabes et qu'il faut les renvoyer chez eux, les beaufs de tout poil, bref tous ceux qui d'une façon ou d'une autre ont profité, ou pensent avoir profité des largesses du Monarque, que tous ceux-là rêvent d'un deuxième quinquennat Sarkozyste, je peux le comprendre.
.
Mais les autres ? Tous les autres, (j'allai bêtement écrire tous les vrais Français), moi, vous, vos amis, ceux qui se lèvent tous les matins pour aller bosser, tous les malades qui se font traiter de vampires de notre protection sociale, tous les chômeurs qui sont forcement des feignasses, tout ceux que les aléas de la vie ont laissé sur le bord du chemin et qui se font traiter d'assistés, de cancer de la société, tous ceux qui ont peur pour l'avenir de leurs enfants avant même du leur, tout ceux qui se demandent jusqu'à quel âge ils devront travailler pour toucher une retraite qui leur permettra tout juste de survivre, alors que d'autres se sont octroyés des pensions qui leurs permettraient de vivre plusieurs siècles dans l'opulence, tous ceux qui ne pensent pas que l'ennemi c'est leur voisin mais qui sont convaincus qu'on ne peut vivre ensemble sans solidarité et que celle-ci doit d'abord s'exercer envers les plus faibles, fussent-ils étrangers, tous ceux qui pensent que l'homme doit être placé au centre de tout, tous ceux qui, descendants des Sans-culottes pensent que la formule Liberté-Egalité-Fraternité est autre chose qu'un slogan gravé au fronton de nos édifices publics et a encore un sens dans notre pays, à tous ceux-là, je dis n'ayez pas peur, ne croyez pas un seul mot des promesses d'un Président-candidat pour qui le mensonge est un mode de vie et qui une fois réélu et se considérant ainsi légitimé, ne connaîtra plus aucune limite dans ses dérives ultra-libérales.
Alors dimanche prochain, déplacez vous en masse, et une fois dans l’isoloir, les bulletins portant le nom des candidats entre les mains, repensez à mon billet et glissez dans l'enveloppe celui de François Hollande.
Et d'ici là, portez-vous bien.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire