Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...

mercredi 23 mars 2011

Au cinéma...

C'est le printemps dans les jardins et au cinéma.
J'avais bien envie d'en profiter.
Alors direction Lyon. Eh oui, quand on habite la France profonde on a pas de multiplex à tous les coins de rue....

Parking place Bellecour et direction UGC Ciné Cité.
Je sais quel film je veux voir : True Grit. 3€50 plus tard, je suis installé dans la salle.
Pas grand monde, au début du film, nous serons une petite vingtaine.
Le film est une adaptation d'un bouquin qui avait déjà servit à Hataway pour "100 dollars pour un sheriff" avec l'immense John Wayne.
Une jeune fille de 14 ans (Heilee Steinfeld) engage un marshall (Jeff Bridges) pour traquer l'assassin de son père, déjà poursuivit par un Texas Ranger (Matt Damon). Oubliez les stéréotypes du western, les duels dans la poussière, les chevauchées sauvages, les putes dans les saloons. L'essentiel du film décrit l'affrontement du vieux shérif, crado et alcoolo, revenu de tout, et d'une jeune fille, fraîche et innocente, mais férocement déterminée à venger son père assassiné. Le rôle du Texas Ranger, bien qu'important dans le final, est remisé au second plan.
John Wayne était un monstre sacré, mais l'immense majorité de ses rôles était formatée, et le personnage du sheriff alcoolique ne collait pas particulièrement à son image trop lisse (bien que pour ce rôle, il obtint son seul Oscar, mais n'était-ce pas simplement une reconnaissance tardive pour sa carrière ?).
En revanche, Jeff Bridges est énorme : son allure, sa démarche et surtout sa voix de stentor, bonifiée par la version originale (je vous la recommande), éraillée par le mauvais whisky, donne toute sa dimension et sa truculence au personnage.
Face à lui, la petite jeune fille, si fragile en apparence, démontre une force de caractère incroyable qui va finir par conquérir le vieil ours. Je dirai que c'est un film plutôt crépusculaire, mais moins que le "impitoyable" de C.Eastwood.
Je vous raconte la fin ? Non, ça ne serait pas sympa, surtout si, allécher par ma critique, vous aller le voir. Vous ne serez pas déçu.
Portez vous bien.
PS : avez-vous remarqué que selon la version de l'histoire le bandeau n'est pas sur le même oeil ?