Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques.......Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques....Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques.......Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques....Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques.......Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques....Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques.......Cet été restera dans nos mémoires. Quelle chaleur ! Pour la 1ère fois la Côte d'Azur a été placée en alerte canicule. Heureusement, il y a la mer....Malheureusement, revers de la médaille, des incendies ont détruit des coins magnifiques....

dimanche 17 octobre 2010

Hop, Hop, Hop.....


Depuis samedi dernier, nous sommes partis quelques jours en vacances et je pensais pouvoir écrire tranquillement mes billets. C’était sans compter sur le sieur Matïas : vouloir se servir d’un ordinateur en sa présence, c’est comme l’escalade de l’Himalaya en tongs, mission impossible !Dès que le Bougre aperçoit l’outil, il se rue sur vous, exige de s’installer sur vos genoux, se saisit de la souris et tapote toutes les touches. Bref, impossible de prendre le contrôle de l’ordi. Alors j’abandonne, lâchement, le combat en remettant l’exercice à plus tard.
Je me dis que le soir venu, lorsque vaincu par la fatigue il plongera dans un sommeil réparateur, je pourrai enfin écrire tranquillement ma contribution.
Pas de bol, quand vient l’heure du coucher, l’Oiseau Rare ne l’entend pas de cette oreille : debout dans son lit, il épie nos moindre mouvement et si il voit apparaitre l’ordi, il se met à glapir en faisant de grand signes des bras.
Seule solution pour que Monsieur s’endorme, s’allonger et éteindre la lumière, en se disant qu’une fois qu’il sera endormi, je pourrai rallumer et vaquer à ma tâche. Mais la position horizontale, dans le noir de surcroit, n’est pas propice à une veille prolongée et je m’endors à peu près aussi vite que le Gnome
Cet après-midi, nous avons décidé de rester à l’hôtel, de façon à ce qu’il puisse faire une bonne sieste réparatrice. En ce moment il dort. Je me suis mis au piano, installé sur un petit bout de bureau devant la fenêtre dont j’ai soulevé une petite partie du rideau pour y voire un peu clair et en espérant que cette lumière, bien que tenue, ne vienne pas réveiller la Bête.
Avec un enfant de 2 ans, vous n’êtes peinards que lorsqu’il dort.
Le reste du temps, tout le reste du temps, c’est alerte rouge. Une seconde d’inattention et le Petit Misérable vous fabrique une embrouille. Bien sûr, il y a la solution de le ligoter dans la poussette, mais Sa Seigneurie ne l’entend pas de cette oreille et vous le fait savoir en émettant des sons qui vous mettent très rapidement les nerfs en lambeaux.
Alors, on lui rend sa liberté et le voilà lâché sur la voie publique qu’il privatise d’ailleurs dans les plus brefs délais, en occupant toute la largeur sans se préoccuper des autres usagers, fussent-ils des voitures.
Alors vigilance totale et lorsque je le vois partir dans une mauvaise direction, j’anticipe en poussant un  : “Hop!Hop!Hop!” qui le remet dans le droit chemin.
De même lorsque nous sommes à table et qu’il va incessamment provoquer  une catastrophe (du genre je fais tomber mon verre, lorsqu’il est plein de préférence, je renverse une bouteille, je plonge les mains dans le plat qui vient d’arriver, je me lève sur ma chaise…etc…), ce qui se produit en permanence, je fais retentir le fameux : “Hop!Hop!Hop!” qui le remet dans le droit chemin, situation qui, je vous rassure, ne dure que quelques très courts instants.
Mais ne voilà-t-y pas que le Gredin s’est approprié l’expression et qu’il nous la colle dans les dents quand on contrarie Son Eminence ;  ainsi, si vous lui enlever son verre pensant qu’il a terminé et que ce n’est pas le cas, il fait péter un sonore “Hop!Hop!Hop!”, ce qui évidemment nous empêche de garder notre sérieux ce que le Petit Misérable à vite compris.
J’essaie d’imaginer la tête des parents s’il leur place un joli “Hop!Hop!Hop!” à bon escient.!!
Portez-vous bien.