Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...

samedi 7 décembre 2013

♫♫Tout-toutou ♪Tout-tout-tou-tou♫♪♫

Désormais dans le foot français, il y a la jurisprudence Ukraine : il est interdit de se réjouir lorsque le tirage au sort d'une compète nous est très trop favorable. Au contraire. Il est bon ton de s'inquiéter, de rappeler comme l'ineffable Luis Fernandès "que les matches, faut les jouer", qu'en 2002 on a été éliminé au 1er tour,… j'en passe et des meilleurs, bref, de se caguer dessus.

Voyons nos adversaires et commençons par l'ogre Suisse 8ème nation mondiale au classement Coca-Cola. (J'ouvre ici une parenthèse pour signaler à ceux qui exalte toujours l'esprit sportif que la FIFA a vendu son site internet à Coca-Cola). Les experts relèvent que les Helvètes ont réussi un parcours de qualification exemplaire : dix matches, 7 victoires et 3 nuls ! Ils oublient de nous citer le classement de leurs adversaires : Islande 50ème, Slovénie 29, Norvège 54, Albanie 57, Chypre 127. On le voit, que des cadors…
Alors déjà au second tour, voire en ¼ de finale ? 
Je dis OUI ! Et voici pourquoi.
Un petit retour en arrière. Que s'est-il donc passé entre le 15 novembre, défaite 2-0 en Ukraine et quatre jours plus tard le 19, victoire 3-0 et qualification ? Deux choses :
1-La résurrection de Deschamps. Jusqu'alors, l'entraineur de l'EDF s'était montré versatile, changeant à chaque match les joueurs et les systèmes de jeu. On pouvait s'en rendre compte lors de ses conférences de presse où on avait l'impression qu'il portait le poids de toute la misère du monde sur ses épaules. Là, dos au mur, il a retrouvé une grinta qui bizarrement l'avait quitté. On a retrouvé "La Dèche", le capitaine de l'EDF 1998, l'entraineur de Monaco et de la Juve.
2-La prise de conscience des joueurs. Les sales garnements ont soudain mûri en réalisant que leur comportement d'enfants gâtés pourris par la vie allait les faire passer à côté d'une coupe du monde au Brésil, dans ce pays où le football est plus qu'un sport, une véritable religion. Aucun d'entre eux n'aura l'occasion de revivre un tel évènement de toute leur existence. (et nous supporteurs non plus d'ailleurs).
Alors ils ont joué. A leur niveau. Car enfin, il faut arrêter de dauber sur ces joueurs. Peu de sélections nationales peuvent se targuer d'avoir de tels talents :
Ribéry, maitre à jouer du Bayern de Munich, meilleur club du monde ;
Benzéma et Varane, titulaires au Réal de Madrid, plus célèbre club du monde ;
Evra, titulaire et souvent capitaine à Manchester United, club mythique ;
Pogba, milieu de terrain de la Juventus ;
Giroud et Sagna, titulaires à Arsenal, leader du championnat Anglais ;
Nasri et Clichy titulaires à Manchester City ;
Lloris gardien de Tottenham ;
Et encore Matuidi, Cabaye, Valbuena, etc...tous joueurs de très haut niveau…
Alors, il est où le problème ?
Dans un orchestre, il peut y avoir des bons musiciens, voire des virtuoses, mais s'ils ne jouent pas ensembles, c'est la cacophonie. Par contre, si sous la houlette d'un bon chef d'orchestre, ils accordent leurs violons, la partition sera bien jouée.
C'est ce qui se passe pour l'Espagne, l'Allemagne, le Brésil et c'est ce qui est arrivé à l'équipe de France ce mardi 19 novembre au Stade de France.
Pourquoi ne pas croire que les musiciens continueront à jouer ensemble ? Si c'est le cas, cette équipe sera redoutable.
Le tirage au sort nous a été favorable dans sa composition, mais aussi dans sa numérotation. En effet, le 1er du groupe E (donc la France) rencontrera en 1/8 le second du groupe F. Si on considère que le 1er sera logiquement l'Argentine, nous aurions affaire au Nigéria, à l'Iran ou à la Bosnie. Rien d'insurmontable…
Ensuite, les choses se compliqueront, car en ¼ nous pourrions croisez l'Allemagne, le Portugal ou encore la Belgique.
Nous n'en sommes pas là, des surprises sont possibles, et comme tous les 4 ans, il y en aura.
Alors hauts les cœurs amis supporteurs, je suis convaincu que nous aurons bien des motifs de satisfactioin au Brésil et, pourquoi pas, tels ces parieurs qui rêvent du gros lot de l'Euromillion, imaginer une finale Brésil-France…
♫♫Tout-toutou ♪Tout-tout-tou-tou♫♪♫ 
Et 1 et 2 et 3 zéro...
♫♫Tout-toutou ♪Tout-tout-tou-tou♫♪♫ ♫♫Tout-toutou ♪Tout-tout-tou-tou♫♪♫ 
Rendez-vous le 15 juin 21H et d'ici là,
Portez-vous bien...