Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...

vendredi 26 avril 2013

Oblivion...

Ce matin, je dépose ma voiture chez Norauto. Au programme, quatre chaussons neufs. Quand tu as deux heures devant toi, que faire ? Réponse, aller au cinéma. Dont acte...

Fan de Jason Statham, j'avais projeté (projeté-cinéma : humour !) de voir Parker.Manque de chance, la séance est programmée à 14H45. Après avoir longuement étudié tous les films à l'affiche, je choisis par défaut Oblivion. (du latin oblivio, -onis, terme anglais signifiant oubli). Par défaut, parce que Tom Cruise n'est pas mon acteur préféré.
Je vous résume le scénario : en 2077 suite à des décennies de guerre contre une force extra-terrestre terrifiante qui a ravagé la Terre, la population restante a trouvé refuge sur un satellite de Saturne. Des stations flottantes pompent l’eau pour la transformer en énergie, protégées par des drones. Jack Harper (Tom) dont la mémoire a été effacée est chargé de l'entretien de ces drones. Dans deux semaines, sa mission terminée,  il rejoindra le reste des survivants. Le crash d’un vaisseau spatial va bouleverser sa vie...
Pendant le premier tiers du film, j'ai regretté mon choix. Certes, la reconstitution de la terre ravagée par la guerre est somptueuse, les effets spéciaux extraordinaires, la bande son crache un max,  mais le film se traîne en longueur, on ne voit pas vraiment où tout cela va nous mener. Et ce n'est pas la scène torride dans la piscine  translucide de la station spatiale qui va réveiller mon intérêt : on est dans un film américain et, circonstance aggravante, avec Tom Cruise...Celui -ci squatte tous les gros plans, on ne peut pas ignorer qui est la vedette, malgré un trop courte apparition de l'immense Morgan Freeman.
En réalité, le film commence vraiment avec le crash de la capsule spatiale. L'action s'emballe soudain et le récit part dans une direction tout à fait inattendue et il devient palpitant.
On croit se diriger vers une fin dramatique à souhait, mais comme toujours dans ce genre de film américain, le final verse hélas dans le sirupeux. Dommage.
En conclusion, je vous recommande malgré tout ce film qui vous fera passer un bon et long (2H) moment.
Portez-vous bien...