Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...Depuis ce 8 mai, nous avons un nouveau Président et je publie un nouveau billet. Un hasard ? Je ne crois pas...

vendredi 26 octobre 2012

Ecce Homo...

Je vais vous parler d'un sujet qui embrase l'opinion, qui divise les familles les plus unies, qui fait dire les pires conneries à des gens censés être raisonnables et qui pourtant ne mérite pas le brouhaha qu'il provoque : le mariage homosexuel !

Un mariage, tous les dictionnaires sont d'accord là-dessus, c'est "l'union légitime d'un homme et d'une femme" et ce depuis les temps les plus reculés.
Pendant sa campagne électorale  François Hollande avait promis que "Moi Président", il ferait voter une loi instituant le droit au mariage et à l'adoption pour les couples homosexuels (promesses 31_1 et 31_2). Cette promesse n'avait pas suscité grand émoi dans la mesure où elle avait déjà été faite par François "Tonton" Mitterrand en 1981 mais toujours remise au lendemain (d'où il faudrait en conclure que Mitterrand lui-même donnait dans la procrastination,  mais je m'égare...) Quand le 1er ministre a annoncé que le texte serait examiné au Conseil des Ministres, les opposants sont immédiatement montés au parapet.
Le gros de l'armée des opposants est composé de gens de Droite (inutile d'ajouter et d'Extrême Droite, ce serait un pléonasme mal venu dans un texte de cette qualité) et de catholiques à la tête desquels, sortant toute ruisselante de son bénitier, s'est portée Christine Boutin. La boutin, elle n'a qu'un regret : être née femme, ce qui lui interdit de porter la robe. Elle compense en brandissant vigoureusement la Bible à chaque fois qu'elle pense que la civilisation judéo-Chrétienne  est menacée dans ses fondements croyances (pardon, il y a des mots à éviter). Mais pour une fois, elle a trouvé plus extrémiste qu'elle, le Sieur Barbarin, Cardinal de son état et Evêque de Lyon. Pour lui,  les homos mariés ne se contenteront pas de se faire des papouilles entre eux mais "ils vont vouloir faire des couples à trois ou à quatre"...
 Il est probable que Son Eminence vivait jusqu'à ces derniers temps sur une autre planète. La moindre des charités chrétiennes aurait été qu'une de ses ouailles lui explique, avec tous les ménagements nécessaires, que ces pratiques de couples à trois ou quatre existent depuis des temps immémoriaux (peut-être même avant le petit Jésus) et qu'il n'est pas nécessaire d'être homo pour les pratiquer, les hétéros y arrivent très bien et qu'elles s'appellent triolisme et partouze...
Mais ses craintes ne s'arrêtent pas là, il redoute "qu'après, un jour peut-être, l’interdiction de l’inceste tombera". Lier l'inceste à l'homosexualité, faut oser !
Par contre, il est un domaine où notre prélat ne s'est pas aventuré : la pédophilie. Ce n'est surement pas l'envie qui lui a manqué, mais dans un éclair de lucidité, il s'est rappelé que dans ce domaine, l'Eglise n'avait pas les cuisses bien propres.
Il s'est donc contenté de rappeler qu' "Un mariage, c’est un mot qui veut dire rempart, pour permettre au lieu le plus fragile de la société, c’est-à-dire une femme qui donne la vie à un enfant, que toutes les conditions soient établies pour que ça se passe dans les meilleures possibilités". Que ça se passe dans les meilleures possibilités ? En France et de nos jours, tous les 3 jours, une femme meure sous les coups de son mari ou compagnon. Vive le mariage hétéro...
Je rappelle que dans notre République laïque, le seul mariage légal est le mariage civil, devant monsieur le Maire. Tout le reste est du folklore inventé par les religions. 
Et puisque pour  tous ces intégristes le mariage doit être forcement hétéro, appelons le "union" pour les homos, et qu'ils puissent vivre leur vie comme ils l'entendent.
Quant à ces maires, tous de Droite, qui réclament une clause de conscience qui leur permettrait de ne pas avoir à célébrer ces mariages, se rendent-ils compte que ce serait la porte ouverte à toutes les dérives. En tant qu'élus de la République, ils se doivent d'appliquer ses lois et si ils ont des états d'âme, qu'ils quittent leur fonction et arrêtent de nous faire chier...
Finalement, il suffit de répondre à cette simple question : notre société peut-elle accepter que deux citoyens du même sexe fondent un foyer et sous-entendu, une famille ? Car derrière le mariage, se profile le problème, infiniment plus complexe, de l'adoption sous toutes ses formes. (C'est un autre sujet). Pour ma part, je répond OUI !
Et vous ?
Quoiqu'il en soit, pour ou contre, portez-vous bien.